Portrait d'Astrid Genette

Jardin des mycorhizes

Pour Astrid, le déclic s’est produit au moment de la naissance de son fils. Comme une envie de plus de simplicité, qui s’est traduite par l’envie de commencer un potager. C’est ainsi qu’après quelques formations, stages et contrat d’ouvrière en maraichage durant deux saisons, elle a troqué son crayon d’illustratrice pour la bêche de la maraîchère. « Ca reste un métier créatif ! », revendique-t-elle avec le sourire.

Amoureuse de la méthode Fortier, elle a réellement débuté son activité en mai 2018 et se sent encouragée par une clientèle enthousiaste.

Quant à Naël, haut comme vingt pommes, il lui apporte à boire et assure l’animation musicale dans les serres où poussent concombres et tomates… D’ailleurs, si vous voulez des Yellow submarine, ces délicieuses tomates-cerises jaunes, il faut aller vite, avant que la petite famille de producteurs ne les dévore !

Situé sur un plateau du Condroz, à Haut-Bois, dans la commune de Gesves, le Jardin des Mycorhizes vous invite à déguster des légumes et des fruits cultivés dans le respect du Vivant.
C’est presque un acte militant que de vouloir cultiver selon les principes de l’agriculture paysanne : revenir à une culture à échelle humaine, en prenant compte de la faune et de la flore indigène et en incluant dans notre paysage les familles qui nous font confiance. Devenir Artisans de la Terre, assurer la pérénité de la Vie du Sol tout en produisant des légumes, c’est ce que je veux.
Le Jardin des Mycorhizes est cultivé sur une très petite surface : 30 ares. Il fournit des paniers de légumes hebdomadaires à 40 familles organisées en GASAP. J’utilise de diverses techniques culturales. J’aime mélanger biodynamie (principalement me baser sur les cycles lunaires), la permaculture, la méthode Fortier, Coleman, Gertud Franck… Rester dans un seul mode de culture serait, pour moi, très ennuyant. Et le Jardin est ce qu’il est : il s’exprime ! Bien qu’ayant avec moi un beau motoculteur, je préfère le travail à la main, plus physique, c’est certain, mais tellement plus doux aux oreilles.
La transparence fais aussi partie de ma manière de travailler : la provenance des semences (bingenheimer saatgut, Sativa et Semailles), des plants (Les Compagnons du Samson, De Koster), les maladies subies par certains légumes, les potions préparées pour soigner les cultures, les techniques de désherbages et de travail du sol. Les mangeurs des GASAP nourris par le Jardin ont même droit à l’exposé de mon bilan financier chaque année. Pour toute question, vous pouvez me contacter au 0479 02 10 17 ou sur info@jardindesmycorhizes.be
Bienvenue ! Astrid